L'artiste

Il y a longtemps que je voulais vous faire un petit tableau sur les artistes où plutôt une histoire.

Tout le monde est plus ou moins artiste. Ce sont souvent les déboires et les moments difficiles de la vie qui vous font découvrir que vous avez du talent.  

Moi, j’ai fait mes premiers pas dans cette direction à la mort de ma belle-mère. Et aussi quand les enfants  quittent la maison pour faire l’apprentissage de la vie, croyez-moion reste seul avec un grand vide, qu’il faut remplir, combler pour ne pas perdre les pédales où perdre la boussole. Ces expressions sont très jolies je trouve, faire de la dépression cela est plus chic. A vous, mes lecteurs, de choisir.

Quand on n’est pas riche il faut être créatif.  

Pourquoi les grands artistes étaient-ils très pauvres ? Et pourquoi après leur mort, leurs chefs-d´œuvre valent-ils des millions. C´est peu compréhensible et un peu ridicule, n´est-ce pas ?

Ma première création s’appelle l’automne. Le matériel: Des restants de chiffons, des bouts de laine, trouvés au grenier. On passe des heures à rassembler le matériel et pendant ce temps on oublie sa solitude.   

Voilà mon début d’artiste en développement.  

Après avoir fait des tapisseries avec mes chiffons, j’ai découvert que faire de la sculpture avec de la terre glaise (argile) était très agréable et relaxant. Et j´ai trouvé dans ma tirelire quelques florins pour être membre d’un club.

D’après moi il n’y a rien de tel pour oublier nos misères. C‘était une très bonne idée. On est en compagnie de gens  comme nous, avec le même intérêt et le même but: oublier leur solitude.

Les avantages d’un club sont nombreuses, vous êtes en compagnie sans autres obligations que d’être aimable avec tout le monde.  

En arrivant à Delft plus tard après la mort de mon mari, je suis de nouveau seule dans une ville que je ne connais pas. Alors je m’inscris à l’académie libre de Delft  pour prendre des cours d’aquarelle. Le résultat n’étant pas trop mal, j’ai continué et voilà que commence ma vie d’artiste. Je n’ai jamais regretté, au contraire.  

Si ma vie d’artiste est terminée, tout n´est pas fini, l´ordinateur ayant fait apparition dans ma vie. Je suis heureuse de pouvoir admirer mes chef-d´œuvres, et aussi au talent de mon fiston qui, lui, prend soin de ce que tout marche comme sur des roulettes. Car, vous le savez, cet engin est très poli, il vous demande si vous êtes  sûr de ceci ou de cela, mais aussi très capricieux, pour un oui et pour un non il est en panne. A mon avis il est artiste notre PC.  

Evidemment  je voudrais me mesurer avec les grands maîtres mais est-ce nécessaire ? La plupart n´ont pas été heureux. Moi, je le suis. Alors pourquoi vouloir toujours plus. Au paradis si il y en a un, nous arrivons tous nus, sans fanfreluches. Pas de soucis à ce faire pour les bagages du dernier moment.  

Espérant que mon histoire vous aura inspirés, je vous souhaite du succès et une bonne nuit, si vous lisez mon histoire avant d’aller vous coucher, ou bonne journée si vous la lisez au petit déjeuner.  

La narratrice Louise